Les Aventures de la vérité : un fil rouge

 

Les Aventures de la vérité : un fil rouge dans art Les-aventures-de-la-verite_bernard-henri-levy

 

Le livre-catalogue de Bernard-Henri Lévy, commissaire de l’exposition les Aventures de la vérité, à la Fondation Maeght, nous fait entrer dans la genèse d’une pensée sur les rapports plus ou moins conflictuels entre Peinture et Philosophie.

Dès l’origine de la Philosophie, l’icône est tenue en suspicion par les penseurs : elle se confondrait avec l’idole (image abêtissante que l’on adore sans penser). Ainsi, Platon exclut-il de la République les peintres, au même titre que les poètes, et le mythe de la caverne déconsidère-t-il l’image, au point de la ravaler au rang des ombres : elle ne permettrait pas d’accéder à l’Idée, donc à la Vérité (qui, dans la pensée grecque, est une et unique ; c’est la célèbre trilogie de l’Un Bien, l’Un Vrai, l’Un Beau.)

Les trois grands monothéismes emboitent le pas à la Philosophie et sont volontiers iconoclastes.

Mais, pour sauver leur peau, les peintres du Moyen-Âge inventent le mythe de Véronique : si le visage le plus sacré (celui du Christ supplicié) peut s’imprimer sur un linge, l’image ne peut qu’être réhabilitée. Ce coup de force des artistes plasticiens remporte une victoire insoupçonnée sur la pensée fanatique ; la Peinture s’engouffre dans le domaine de la Philosophie, la concurrence, s’empare de la réflexion sur le corps (études anatomiques) et parvient à percer les mystères de la condition humaine mieux que sa rivale : elle donne à voir l’ineffable (la Vie, la Mort, le Mal, la Souffrance, l’Éros).

Dès lors, les concepts se diversifient, c’en est fini de l’Un Bien, l’Un Vrai, l’Un Beau. À chacun sa vérité et toutes les vérités se valent !

La pensée allemande, et notamment la pensée nietzschéenne, encourage cette diversité et recommande aux peintres de s’affranchir des concepts philosophiques (tels que l’Essence des choses, l’Être, le Non-Être) ; ils pensent dans de nouvelles directions : la Peinture devient à elle-même sa propre fin et cela donne le meilleur de l’art contemporain, le Cubisme, l’Abstraction, le Géométrisme lyrique.

Mais avec l’avènement de l’Art Conceptuel, la Philosophie tient sa contre-offensive ! Une nouvelle iconoclastie ressurgit avec Dada, Duchamp, Malevitch, Warhol. L’image se tait et le discours reprend de l’autorité.

Cette aventure, héroïque, n’est donc pas terminée…

Gageons que les artistes réapprennent à s’affranchir des philosophes en suivant la pensée messianique pour qui la Vérité existe mais reste un horizon !

 

Basquiat, Crisis X

Basquiat, Crisis X


Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les Stars |
Lecercledesarts |
Lizon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Circuitvietnam
| Le Tour de France de Fermes...
| jsdc