CARAVAGE ou LA DISTORSION DU POINT DE VUE

Villeneuve-lez-Avignon, 12 août 2018

L’œuvre choque et séduit à la fois car elle refuse obstinément toute concession à la tradition, aux dogmes, aux codes institutionnels, qu’ils soient mythologiques ou chrétiens.

 

  • D’abord, en inventant la surface noire, Caravage situe les scènes qu’il représente dans un quasi néant : dans son œuvre, il n’y a pas d’ordre pré-existant, pas de paysage, pas de détails architecturaux, bref, pas de référents culturels. Le procédé est scandaleux car il déréalise les sujets, éloigne de la foi et substitue la peinture pour la peinture à l’icône.

 

Caravage, Christ à la colonne (entre 1606 et 1607  Rouen, Musée des beaux-arts)

Caravage, Christ à la colonne (entre 1606 et 1607)  
Rouen, Musée des beaux-arts

 

  • En incarnant les mythes païens ou bibliques dans des corps et de visages saisis dans la rue des quartiers populaires, Caravage détourne le spectateur de la vénération : son Paul, les quatre fers en l’air, n’a pas l’air d’un saint (La Conversion de Paul) ; sa Catherine, triomphante, accoudée à la roue de la torture comme à un globe terrestre, n’a pas l’air d’un martyr (Ste Catherine d’Alexandrie) ; son Christ ressuscité si jeune, si féminin, imberbe, n’a pas l’air d’un Ecce Homo (La Cène à Emmaüs). C’est dérangeant, voire obscène, surtout quand le commanditaire est un religieux…
Caravage, Conversion de Paul (1601 Rome, Santa Maria del Popolo)

Caravage, Conversion de Paul 
(1601) 
Rome, Santa Maria del Popolo

 

Caravage, Repas à Emmaus (détail) (1601 Londres, National Gallery.)

Caravage, Repas à Emmaus (détail) 
(1601) 
Londres, National Gallery.

 

Caravage, Catherine d'Alexandrie (circa 1598  Madrid, collection Thyssen-Bornemisza)

Caravage, Catherine d’Alexandrie 
(circa 1598) 
Madrid, collection Thyssen-Bornemisza

  • Enfin, en occupant les premiers plans de ses œuvres par des détails prosaïques : pieds sales, fesses, sexe… saisis en gros plan ou en raccourci  (La Crucifixion de Saint Pierre, La Madone des pèlerins, Le Martyre de Saint Matthieu) ; en représentant l’action, le mouvement et non plus leurs effets (Saint Thomas, Judith, Isaac) Caravage va où nul n’était encore allé, aux limites du représentable. C’est un défi visuel, anticonformiste.
Caravage, Crucifixion de saint Pierre  (1600 Rome, Santa Maria del Popolo)

Caravage, Crucifixion de saint Pierre 
(1600) 
Rome, Santa Maria del Popolo

 

 

Caravage, Madone des pèlerins (entre 1604 et 1606  Rome, basilique Saint-Augustin)

Caravage, Madone des pèlerins 
(entre 1604 et 1606) 
Rome, basilique Saint-Augustin

 

Caravage, Martyre de st Mathieu (détail) (entre 1599 et 1600  Rome, chapelle Contarelli, Saint-Louis-des-Français)

Caravage, Martyre de st Mathieu (détail) 
(entre 1599 et 1600) 
Rome, chapelle Contarelli, Saint-Louis-des-Français

Caravage, Judith et Holopherne 1599-1602 Rome, Galerie Nationale d'Art Ancien

Caravage, Judith et Holopherne
(1599-1602)
Rome, Galerie Nationale d’Art Ancien
Caravage, Sacrifice d'Isaac (1598 Florence, les Offices)

Caravage, Sacrifice d’Isaac 
(1598) 
Florence, les Offices

Ces distorsions du point de vue font entrer dans l’univers baroque, où l’éphémère, l’instant, le grotesque prennent le pas sur le sublime, l’intemporel et l’universel et traduisent les bouleversements intellectuels d’une époque (fin XVI ème, milieu du XVII ème siècle) troublée par les guerres de religions (Réforme, Contre-Réforme), les découvertes scientifiques (Galilée, Copernic), les progrès techniques (boussole, imprimerie) et les grands voyages…

VOUS POUVEZ VOIR LE FILM ICI : https://www.dailymotion.com/video/x6rz9du

Mots-clefs :, , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les Stars |
Lecercledesarts |
Lizon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Circuitvietnam
| Le Tour de France de Fermes...
| jsdc